Appel à communication (Fermé) / Call for proposal (Closed)

(In English below.)

Méthodologie

L’axe méthodologique aura pour but d’expliciter les techniques d’observation et d’objectivation dont le chercheur dispose pour rendre compte de l’évaluation. Plusieurs questions pourront ainsi être soulevées : à quel niveau se situe la portée critique des travaux en sciences sociales sur la question de l’évaluation ? Quelles méthodes permettent d’observer les processus d’évaluation ?

Si la méthode ethnographique peut rendre possible la description des interactions et des négociations lors d’une activité en cours (Latour 1989), et donc de l’évaluation « en train de se faire », l’étude d’archives dans une perspective historique permettrait-elle de saisir des processus à plus grande échelle, rendant observable l’évolution des dispositifs d’évaluation sur le long terme (Desrosières, 1993) ? Quelle est la place du chercheur lorsqu’il observe une évaluation ? Est-ce que celui-ci prend

parti, au cours de l’analyse, en défendant des critères ou des dispositifs particuliers d’évaluation, ou est-ce qu’il adhère aux principes de « neutralité axiologique » (Weber, 1919) ou de « symétrie » (Bloor, 1976), en décrivant de manière égale les controverses (Barraud de Lagerie, et. alli 2013) qui peuvent avoir lieu autour des différentes façons d’évaluer ?

Épistémologie

Ce deuxième axe épistémologique aura pour objet principal de mettre en exergue les discussions et articulations théoriques que provoque l’étude de l’(é)valuation (Daganova et. alli 2015). Il serait délicat d’accorder à la sociologie de l’(é)valuation le statut de sous-discipline de la sociologie (Cefaï, Zimmermann, Nicolae, Endreß 2015). Cependant il est impossible de ne pas reconnaître que les questions qu’elle pose traversent les débats et réflexions épistémologiques qui animent la sociologie depuis ses débuts.

En effet, la question de la valuation semble faire cohabiter l’antagonisme épistémologique entre structuralisme, relations de domination (Marx 1969 [1967]), et interactionnisme, situations négociées et processus de coordination dans l’action (Thévenot 1990). En étant directement associée à la notion de valeur, la valuation nous incite à considérer les oppositions entre l’idée d’une valeur objective intrinsèque aux objets, et la constitution d’une valeur a posteriori qui correspondrait à des agencements socio-techniques (Callon 2013), à l’articulation entre un certain nombre de conventions (Eymard-Duvernay 2006, Orléan 2011), catégories et grandeurs (Boltanksi, Thévenot 1991) provoquant par là même des moments d’instabilité critique (Berthoin Antal 2015). C’est en fait la continuité entre une approche durkheimienne de la sociologie (Durkheim 2009[1894]) – observant davantage les régularités – et une approche wébérienne (Weber 1963) – intégrant les irrégularités par l’historicisation – que le concept de valuation nous pousse à interroger. Finalement, comment est-il possible de circonscrire le périmètre d’une “théorie de l’(é)valuation” (Dewey 1939)? Comment celle- ci pourrait-elle être le lieu d’innovations, tant épistémologiques que méthodogologiques, en sciences sociales (Abbott 2000)?

Généalogie de l’évaluation

Qu’il s’agisse de terrains dégagés à partir de l’univers financier (Muniesa 2011; Chiapello 2014), d’autres types de transactions marchandes (Bessy, Chateauraynaud 1995 ; Boltanski, Esquerre 2014 ; Menger 2013), de moments de création et diffusion artistique (Bourdieu 1992 ; Menger 2009), de la production des politiques publiques (Ogien 2013 ; Didier 2013 ; Desrozières 2014) parmi lesquelles celles des institutions académiques et scolaires (Bourdieu, 1992 ; Lamont, 2009 ; Hadji, 2012 ; Angermuller, 2013 ; Gingras, 2014 ; Menger, 2015), il semble que de multiples objets donnent à voir des situations d’(é)valuation.

Sans bien entendu nous limiter aux objets sus-mentionnés, le troisième axe aura pour intention de discuter plus spécifiquement les problématiques issues des terrains des chercheurs et d’interroger, à partir de ces données situées, les processus d’évaluation dans leur globalité. En effet, toute (é)valuation repose sur une organisation sociale, une répartition des savoirs et des configurations d’objets d’étude qui en assurent les bases constitutives (De Fornel 1990 ; Queré 2015). Il s’agira ainsi de réfléchir aux observations empiriques qui permettent de dégager les formes relationnelles entre sciences, institution et société. Le concept de généalogie, que nous empruntons à Foucault, viserait alors à déplacer l’attention de l’axe régularités-irrégularités, vers l’identification des ordres de production de la connaissance dont le désordre et l’ambiguïté feraient parties intégrantes (Foucault, 2008 [1969]). In fine, quelles dynamiques, entre contingence, stabilisation et variation des critères d’évaluation et quelles logiques situationnelles ou institutionnelles aboutissent à privilégier certains types et modalités d’évaluations (De Fornel 1990 ; Tsai, Knutson et Fung 2006 ; De Fornel et Lemieux 2007) ?

Methodology

With respect to methodological questions, the conference aims to explain the techniques of observation and objectification that can be observed in evaluation practices. Several questions will be raised such as: how does social sciences work relate to evaluation? What methods are used to observe evaluation processes?

If ethnography can enable the description of interactions and negotiations “in the making” (Latour 1989), can the study of archives capture large-scale processes within long-term perspectives (Desrosières, 1993)? What is the position of the researcher while observing an evaluation? To what degree does the latter take sides during the analysis or does she or he adhere to the principles of “axiological neutrality” (Weber, 1919), describing different regimes of evaluation without giving preference to one or the other?

Epistemology

In the section on epistemology, we will discuss the theoretical articulations around the study of (e)valuation (and Doganova et al. 2015). While it is difficult to grant the study of (e)valuation the status of a sub-discipline in sociology (Cefaï, Zimmermann, Nicolae, Endreß 2015), one needs to recognize the epistemological issues around the question of value for sociology since its beginnings. Indeed, the issue of valuation has allows a number of different paradigms to enter into a fruitful exchange, such as structuralism, theories of power and antagonism (Marx 1969 [1967]), interactionism as well as pragmatism (Thévenot 1990). Thus, the conference invites to critically challenge the opposition between value as ​​an objective quality intrinsic to objects and value as an effect of socio-technical arrangements (Callon 2013), mobilising conventions (Eymard-Duvernay, 2006, Orléan 2011), categories and quantities (Boltanksi, Thevenot 1991), while pointing out moments of critical instability (Berthoin Antal 2015). Indeed, the concept of valuation can go beyond the split between Durkheimian approaches (Durkheim 2009 [1894]), with their characteristic insistence on regularities, and Weberian approaches (Weber 1963), which prefer historical methods. Therefore, we can ask how it is possible to define the perimeter of a « theory of (e)valuation » (Dewey 1939)? How will the latter become a place of innovation, both epistemologically and methodologically, within the social sciences (Abbott 2000)?

Genealogy of evaluation

(E)valuation is at stake in numerous social areas: in the financial world (Muniesa, 2011; Chiapello 2014), art and culture (Bourdieu 1992; Menger 2009), public policies (Ogien 2013 Didier 2013; Desrozières 2014) and educational institutions (Bourdieu, 1992; Lamont, 2009, Hadji, 2012; Angermuller, 2013; Gingras, 2014; Menger, 2015). In the third section, we discuss more specifically the problems the researchers meet with in their fields and reflect on how their practices relate to evaluation processes.

Indeed, if (e)valuation requires a certain social organization, a certain distribution of knowledge and a certain configuration of its objects (Fornel From 1990; Quéré 2015), there is good reason to consider the relations between science, society and institution empirically. Against a genealogical background (Foucault, 2008 [1969]), we will then shift the attention from the question of regularities-irregularities towards identifying levels of knowledge production with its characteristic degrees of ambiguity and disorder. Ultimately, the question is what are the social dynamics and what are the situational or institutional logics which lead to privilege certain types and evaluation methods (De Fornel 1990; Tsai, Knutson and Fung 2006; De Fornel and Lemieux 2007)?

Bibliography / Bibliographie

 ABBOTT Andrew, Chaos of disciplines. Chicago: University of Chicago Press, 2000.

 ANGERMULLER Johannes, Discours académique et gouvernementalité entrepreneuriale. Des textes aux chiffres, In ANGERMULLER, Johannes, LEBARON Frédéric, TEMMAR Malika (dir.), Les discours sur l’économie, Paris, PUF, 2013, p. 71-84.

 BARRAUD de LAGERIE Pauline, BIDET Alexandra, NOUGUEZ Etienne, Ce que mesurer veut dire: disputes autour de la quantification et de la valuation en sociologie, In VATIN François, Evaluer et valoriser. Une sociologie économique de la mesure (nouvelle édition), Toulouse: Presses Universitaires du Mirail, 2013, p. 305-326 (collection « Socio-logiques »).

 BERTHOIN ANTAL Ariane, HUTTER Michael, STARK David, Moments of Valuation: Exploring Sites of Dissonance, Oxford, Oxford University Press, 2015.

 BESSY Christian, CHATEAURAYNAUD Francis, Experts et faussaires. Pour une sociologie de la perception. Paris: Métailié, 1995.

 BLOOR David. Sociologie de la logique. Les limites de l’épistémologie, Paris: Pandore, 1976.

 BOLTANSKI Luc, THEVENOT, Laurent. De la justification. Les économies de la grandeur. Paris: Gallimard, 1991.

 BOLTANSKI Luc, ESQUERRE Arnaud, La « collection », une forme neuve du capitalisme. La mise en valeur économique du passé et ses effets, Les temps modernes, 2014, vol.3, n° 679, p. 5-72.

 BOURDIEU Pierre, Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris: Seuil, 1992.

 CEFAI Daniel, ENDRESS Martin, NICOLAE Stephan, ZIMMERMAN Bénédicte, Special issue on Sociology of Valuation and Evaluation, Human Studies, March 2015, Volume 38, Issue 1.

 CALLON Michel, AKRICH Madeleine, DUBUISSON-QUELLIER Sophie GRANDCLEMENT Catherine,  HENNION Antoine, LATOUR Bruno, MALLARD Alexandre, MÉADEL Cécile, MUNIESA Fabian, RABEHARISOA Vololona, Sociologie des agencements marchands: Textes choisis, Paris, Presses des Mines, 2013.

 CHIAPELLO Eve, Financialisation of Valuation, Human Studies, 38(1), 13–35, 2015.

 DESROSIERES Alain, La politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique. Paris: La Découverte Poches, 2010.

 De FORNEL, Michel, Légitimité et actes de langage. Actes de la recherche en sciences sociales, 46(1), 31–38, 1983.

 De FORNEL, Michel, Qu’est-ce qu’un expert ? Connaissances procédurale et déclarative dans l’interaction médicale. Réseaux, 8(43), 59–80, 1990.

 De FORNEL Michel, LEMIEUX Cyrille. Naturalisme versus constructivisme ?. Paris: Éd. de l’École des hautes études en sciences sociales, 2007.

 De MUNCK, J., & ZIMMERMANN, B., Evaluation as Practical Judgment. Human Studies, 38(1),

113–135, 2015.

 DEWEY John, Theory of valuation. International Encyclopedia of Unified Science, 1939, vol. II, n° 4, Chicago, The University of Chicago Press, p. 1-67 (33-51).

 DOGANOVA Liliana, GIRAUDEAU, Martin, HELGESSON, Claes-Fredrik., KJELLBERG, Hans, LEE, Francis, MALLARD, Alexandre, MENNICKEN, Andrea, MUNIESA, Fabian, SJÖGREN, Ebba, ZUIDERENT-JERAK, Teun, Valuation Studies and the Critique of Valuation, Valuation Studies, 2014, 2, (2).

 DIDIER Emmanuel, Benchmarking. L’Etat sous pression statistique, Paris: La Découverte, 2013.

 DODIER Nicolas, Les appuis conventionnels de l’action. Éléments de pragmatique sociologique. Réseaux, 1993, vol. 11, n° 62, p. 63-85.

 DURKHEIM Emile, Les Règles de la méthode sociologique (1894), Paris, Payot, coll. « Petite Bibliothèque Payot », 2009.

EYMARD-DUVERNAY François (dir.), FAVEREAU, Olivier, ORLEAN, André, SALAIS, Robert, THEVENOT, Laurent. Valeurs, coordination et rationalité: trois thèmes mis en relation par l’économie des conventions, In L’économie des conventions, méthodes et résultats, tome 1 Débats, Paris, La Découverte, 2006.

FOUCAULT Michel. L’archéologie du savoir. Paris : Gallimard, 2008.

 GINGRAS Yves. Les dérives de l’évaluation de la recherche: du bon usage de la bibliométrie, Paris: Raisons d’Agir, 2014.

 HADJI Charles, Faut-il avoir peur de l’évaluation? Bruxelles: De Boeck Supérieur, 2012.

 KARPIK Lucien. L’économie des singularités. Paris: Gallimard, 2007.

 LAMONT Michèle. Revisiting How Professors Think across National and Occupational Contexts. Papers: revista de sociologia, 2013, vol. 98, n°3, p. 587-591.

 LAMONT Michèle, How professors think. Inside the curious world of academic judgment, Cambridge, MA: Harvard University Press, 2009.

 LATOUR Bruno, La science en action. Introduction à la sociologie des sciences. Paris: La Découverte, 1989, 2005.

 LATOUR Bruno, Une sociologie sans objet? Note théorique sur l’interobjectivité, In Sociologie du travail, pp.587-607, 1994.

 LEMIEUX Cyril. « Jugements en action, actions en jugement. Ce que la sociologie des épreuves peut apporter à l’étude de la cognition », In Fabrice Clément, Laurence Kaufmann (dir.), La sociologie cognitive, Paris : Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011.

 MARX Karl. Le capital. Critique de l’économie politique. Livre premier. [En ligne] Paris : Éditions sociales, (1867) 1969, p. 318.

 MENGER Pierre-Michel, MARCHIKA, Colin, HANET, Danièle, La concurrence positionnelle dans l’enseignement supérieur. Les grandes écoles de commerce françaises et leur académisation. Revue économique, vol. 66, n°1, p. 237-288, 2015.

 MENGER Pierre-Michel, Valeurs incertaines, marchés aux puces, ventes en ligne : comment s’assurer de la qualité ? Communications, vol.2, n°93, p. 147-172, 2013.

 MUNIESA Fabian, Comment la bourse fait ses prix: ethnographie d’un cours d’action boursière, In HOUDART, Sophie THIERY Olivier (eds.), Humains, non-humains: comment repeupler les sciences sociales, Paris, Presses Universitaires de France, 2011.

 OGIEN Albert, Désacraliser le chiffre dans l’évaluation du secteur public. Paris: Quae, Sciences en questions, 2013.

 ORLEAN André, L’empire de la valeur. Refonder l’économie. Paris : éditions du Seuil, 2011.

 QUERE, Louis, Value as a Social Fact: An Adverbial Approach. Human Studies, 38(1), 157–177, 2015.

 ROSENTAL Claude, Scientific Evaluations: How Misunderstandings and Disagreements May Last, Occasional Paper Series, 2014, n°20. Paris: Institut Marcel Mauss – CEMS.

 ROSENTAL Claude, Managing Research through Statistics and Demos, Occasional Paper Series, 2015, n°26. Paris: Institut Marcel Mauss – CEMS.

 THEVENOT Laurent, L’ action qui convient, In PHARO, Patrick, QUERE, Louis (dir.), Les formes de l’action. Paris: éd. de l’EHESS, 1990.

 TSAI, Jeanne, KNUTSON Brian, FUNG, Helen H., Cultural variation in affect valuation. Journal of Personality and Social Psychology, 90(2), 288–307, 2006.

 WEBER Max. Le savant et le politique. Paris: Union Générale d’ Éditions, 1963 (Collection: Le Monde en 10-18).